C’est quoi l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs ? Artérite ou AOMI

L’artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est une maladie circulatoire qui touche la périphérie basse du corps (les jambes). La conséquence est que les artères sont de plus en plus bouchées et cela limite le transport de l’oxygène vers les différents tissus (muscles,…). 
L’AOMI peut également être appelé artérite des membres inférieurs.

Qu’est-ce que l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs (Définition) ? 

L’artérite des membres inférieurs est une maladie qui touche la circulation des membres inférieurs. En effet, le diamètre des tuyaux sanguins se réduit au plus ils se rapprochent des pieds. Cela signifie que cette maladie circulatoire touche les artères périphériques

Par conséquent, le flux sanguin diminue considérablement dans la périphérie. La circulation n’arrive plus à amener suffisamment de sang oxygéné aux niveaux des pieds. Ce qui engendre un manque d’oxygène pour les tissus périphériques.

D’ailleurs, on caractérise l’artérite comme oblitérante lorsque les artères sont bouchées par des plaques d’athérome (athérosclérose). Ces plaques sont créées par des dépots qui se forment dans le temps (graisse/cholestérol).

❓ Un problématique similaire existe dans différentes parties du corps. Par exemple, si les artères se bouchent au niveau du cerveau, on peut développer un accident vasculaire cérébral (AVC). Si le même phénomène l’occlusion ou la réduction d’une artère coronaire (au niveau du cœur) venait à se produire, on risque l’infarctus ou la crise cardiaque.

❓ En médecine, on préfère utiliser le mot AOMI plutôt que le mot artérite même si au final, on parle de la même chose. 

Quels sont les signes et symptômes de l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs?

Il est important de noter que les symptômes arrivent rarement du jour au lendemain. Ceux-ci s’installent progressivement selon l’évolution de la maladie. 

Au stade initial, les signes et symptômes de l’AOMI seront légers et passagers. Au plus la maladie évolue, au plus ils s’intensifient et perdurent. 

Les principaux signes et symptômes qu’on retrouve sont : 

  • Des douleurs aux jambes. Celles-ci sont surtout présentes lors de l’activité (marche, déplacement, etc). Et elles ont tendance à diminuer lors du repos (il faut parfois attendre 5-10 min).
  • Des crampes lorsqu’on marche et on se déplace. Comme pour les douleurs, les crampent tendent à disparaître, peu à peu, lorsqu’on est au repos.
  • Des faiblesses musculaires dans les jambes. Comme si la partie basse du corps était fatiguée. Nous noterons que le phénomène de fatigue est fréquent dans les problèmes en lien avec le cœur et la circulation.
  • Des sensations de froid aux extrémités basses du corps. Vu que le sang est chaud et passe moins bien dans les petites artères des jambes, il se peut qu’une sensation de froid soit ressentie (= manque de vascularisation). 
  • Des couleurs blanches au niveau des pieds. Vu que le sang oxygéné est rouge et passe moins bien dans les artères périphériques, il se peut que la couleur de nos pieds devienne un peu plus blanchâtre. Phénomène qui se retrouve également chez les personnes qui souffrent de syndrôme de Raynaud (maladie circulatoire).

Il est important de souligner que l’intensité des douleurs, des crampes, des faiblesses musculaires, etc, varie en fonction du stade de l’artériopathie. Au plus elle est importante, au plus les signes et symptômes risquent d’être importants.

❓ Concernant les crampes musculaires, vous entendrez parler des claudications intermittentes. Cela fait référence aux crampes qui vont et viennent, lorsqu’on alterne les phases de repos et d’effort.

Artériopathie oblitérante des membres inférieurs

En pratique, comment détecter une artériopathie oblitérante des membres inférieurs ?

Une AOMI peut être détéctée lors des premiers signes de douleurs dans les membres inférieurs, lorsque les crampent du bas des jambes se répètent, …

Ce phénomène est souvent gênant pour les personnes qui sont actives car leur périmètre de marche tend à diminuer. En effet, les symptômes limitent la durée et la distance de marche. Ils demandent également de faire plus de pauses et de fractionner l’effort afin d’avoir des périodes de repos pour faire diminuer les gènes et les douleurs.

Il s’agit très probablement d’un des meilleurs moyens pour détecter une AOMI.

Quelles sont les principales causes de l’AOMI ?

Comme nous l’avons vu, l’ostruction des artères est provoquée par la présence de plaques d’athérome (athérosclérose). Cela signifie que tout élément qui favorise le développement et l’accélération de ces plaques d’athérosclérose représente un risque de développer une artérite des membres inférieurs.

Parmi les pincipales causes, on retrouve : 

  • Le manque de mouvement (“on bouge peu”)
  • La fumée et le tabagisme actif
  • La présence d’un diabète
  • Le surpoids et l’obésité
  • L’hypertension artérielle 
  • L’âge (le risque augmente avec l’âge)
  • Les antécédents familiaux
  • Etc

Comment diagnostiquer une artériopathie oblitérante des membres inférieurs ?

Vu l’importance et le risque de complications de l’AOMI, il est important de faire un bilan vasculaire complet. Cela permettra de diagnostiquer la partie périphérique et également de vérifier l’état vasculaire global. En effet, les plaques d’athérome se retrouvent partout dans le corps, à des intensités variables selon les individus.

L’examen utilisé par les médecins est l’échodoppler. Il va permettre d’examiner les artères des membres inférieurs et définir les zones impactées et l’intensité de l’obstruction. De plus, le médecin aura également une idée de l’état de la circulation des jambes.

En complément, le cardiologue peut vous demander de réaliser un test d’effort qui est monitoré avec un ECG. Ainsi que d’autres examens complémentaires pour exclure d’autres problèmes circulatoires et cardiaques. 

Quels sont les risques d’une artérite des membres inf ?

Les 2 principaux risques sont : 

  • Une occlusion complète des artères et une vascularisation totalement inefficace dans les membres inférieurs.
  • Un détachement d’une des plaques d’athérome qui vient obstruer un autre conduit. Si cela se retrouve au niveau des artères des coronaires (au niveau du cœur), le risque de crise cardiaque (ou infarctus) est important. Dans le cas où le caillot venait à toucher les artères du cerveau, on risque un AVC (accident vasculaire cérébral).

Quel est le but du traitement de l’AOMI ?

Les 3 principaux buts du traitement de l’AOMI sont : 

  • favoriser une meilleure vascularisation des jambes
  • réduire les signes et symptômes
  • stimuler à adopter une bonne hygiène de vie (prévention)

Quel est le traitement de l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs ?

Tout d’abord, il est important de mettre l’accent sur l’hygiène de vie et la prévention. En effet, adopter un style de vie sain pour le corps et le cœur est essentiel. Cela aura un effet favorable sur l’évolution des plaques d’athérome.

Il y a également un traitement médicamenteux qui cible la circulation et le cœur. Pour ce point, je vous invite à en discuter directement avec votre médecin. Il est le mieux placé pour en discuter.
Concernant le traitement chirurgical, il est considéré lorsque les déplacements deviennent extrêment pénible (voir presque impossible) vu l’importance des symptômes.

Artériopathie oblitérante des membres inférieurs

Source : https://www.vasculaire.com/maladies/larterite-ou-arteriopathie-obstructive-des-membres-inferieurs

Comment retrouver la motivation après un infarctus ?

Comment garder la motivation après un infarctus ?

Avoir un problème cardiovasculaire est un moment très difficile après lequel il est souvent difficile d’avoir le moral. Des émotions de stress et d’anxiété continuent à être présentes de peur qu’une récidive arrive ou de peur de ne pas s’en remettre. 

Ces émotions sont normales. Au début, il faut du temps pour accepter et réussir à gérer la situation. Cet événement n’est pas anodin. D’ailleurs, nous verrons ensemble comment surmonter cette étape et garder le moral. Nous allons voir les clés pour garder la motivation et affronter le manque de moral après des maladies cardiaques !

Les étapes pour garder la motivation après un infarctus (et tous les autres problèmes cardiaques)

Pour le bien être de votre corps et de votre esprit, il est important de garder le moral. Être motivé permettra également d’être actif, de profiter de la vie et de prévenir d’autres problèmes de santé. Vu l’importance de la motivation, voici un petit guide pratique des étapes qui vous aideront à rester motivé (ou retrouver la motivation après un infarctus et tout autre problème de santé).

  1. Affronter des émotions et travailler l’acceptation
  2. Confrontez ses émotions
  3. Prendre soin de son corps et de son entourage
  4. Continuer et ne jamais baisser les bras

1 Acceptez vos émotions (peur, anxiété, stress et douleur)

La première étape est d’accepter vos émotions. En effet, il est nécessaire de les reconnaître pour pouvoir les surmonter. On cherche à mettre en lumière qu’un problème est présent et le fait de l’avoir objectiver permet de trouver une solution pour régler le problème. 

Pour définir l’émotion qui nous bloque, vous pouvez vous poser ces 3 questions : 

  1. Quelles sont les activités que je prenais plaisir à faire (avant mon problème de santé) et que je ne fais plus ?
  2. Est-ce que d’après vous, le manque de motivation ou de morale joue un rôle là dedans ?
  3. Pourquoi ?

La réponse à cette dernière question se doit d’être analysée en détail. Soyez franc avec vous-même. Est-ce que c’est une peur que quelque chose se produise ? Une douleur de l’événement passé qui est difficile à surmonter ? … 

La réponse que vous obtiendrez vous aidera à aller de l’avant car vous aurez un (ou plusieurs) élément sur lequel vous pouvez travailler ! Bravo pour cette première étape qui est essentielle pour bien avancer.

2 Confrontez vous à vos émotions

Maintenant que vous avez défini la raison de ces émotions, vous pouvez faire en sorte de vous y confronter. Cela signifie de faire en sorte d’agir (= faire les activités qui vous procurent du plaisir ou qui vous donnent du sens pour vivre) dans l’idée de combattre vos émotions, qui elles, ont tendance à vous freiner. 

En plus de faire quelque chose, essayez d’arrêter de faire les choses qui avaient tendance à renforcer votre manque de moral ou de motivation (p.ex. rester inactif toute la journée, avoir des conversations négatives avec les gens qui vous entoure, réfléchir à des évènements fatiguant, etc)

Vous constaterez vite à quel point c’est stimulant (et motivant !) de réaliser qu’on arrive à affronter ses émotions. Ici, vous agissez ! Et vous dites stop à l’idée de subir vos émotions. 

3 Prenez soin de vous et des autres !

Maintenant que vous êtes dans l’action, c’est le bon moment pour ajouter une couche supplémentaire à votre bien être. Cette partie se doit de vous faire retrouver le moral et augmenter votre motivation. 

En plus de refaire des activités qui vous donnent du sens. Essayez de réaliser des activités qui vous mettent en avant, en tant que personne. Vous faites cela pour vous et pour toutes les personnes que vous rencontrez également (savoir cela est beaucoup plus stimulant !). 

Comment prendre soin de soi ?

Agissez sur votre santé…

  • Faire des exercices à la maison
  • Adaptez une bonne alimentation
  • etc

Agissez sur votre esthétique…

  • Faite la coupe de cheveux que vous souhaitez
  • Habillez vous pour vous sentir bien (et belle/beau à regarder)
  • Pour les dames, maquillez-vous comme avant
  • etc

Agissez sur votre entourage…

  • Soyez généreux et rendez visites à vos proches
  • Impliquez-vous dans des projets
  • Rendez-vous dans des endroits où les gens rigoles 
  • etc

Les idées sont nombreuses et sont à combinées ! Vous verrez, cela semble peut être comme des petites choses mais celles-ci vous permettront réellement de retrouver la flamme interne qui booste votre moral et vous permet de retrouver la motivation après un infarctus (et tout autre problème de santé possible).

4 Continuez et allez de l’avant !

Et voilà, maintenant que vous êtes lancé, il ne faut surtout pas s’arrêter.

D’autant plus que c’est le moment de vous féliciter, car vous êtes sur dans la bonne direction pour toujours rester motivé !

motivation après infarctus

C’est quoi l’insuffisance cardiaque ? symptômes, causes, traitements…

insuffisance cardiaque

Un problème cardiaque où le cœur n’arrive plus à assurer sa fonction normale. De quelle problèmatique parlons-nous ? Découvrez tout cela ensemble en détail. De plus, vous obtiendrez des réponses aux questions les plus fréquentes que se posent les patients et leur entourage.

En résumé, à la fin de cet article, vous devriez pouvoir répondre à cette question : C’est quoi l’insuffisance cardiaque ?

Et vous disposerez également des clés pour agir et vous en sortir !

Alors, c’est parti !

Qu’est-ce que l’insuffisance cardiaque (IC)

On parle d’IC lorsque le cœur s’affaiblit et n’arrive plus à pomper le sang correctement. Il y a également une série de symptômes qui sont présents et qui caractérise ce problème de cœur. Ceux-ci peuvent également être accompagnés de plusieurs signes qui montrent que le cœur n’arrive plus à travailler normalement (on parle d’anomalie cardiaque qui peut être structurelle ou fonctionnelle, ou les deux). 

Par conséquent, vu que la fonction cardiaque est réduite, il y aura une diminution de l’éjection cardiaque ainsi que pour le débit sanguin.

Rien de tel qu’une courte vidéo ( ) pour représenter cela 👇

Quels sont les signes et symptômes de l’insuffisance cardiaque ?

Les signes et symptômes de l’IC varient énormément en fonction du type d’IC (et de son intensité). De plus, l’ampleur de ceux-ci vont également varier en fonction de l’individu. 

C’est pour cette raison qu’il est préférable de ne pas trop se comparer entre patients. 

Cependant, nous pouvons tout de même citer quelques un des principaux signes et symptômes qui caractérisent la présence d’IC : 

  • gonflement abdominal et oedèmes des jambes (prise de poids)
  • difficulté respiratoire et toux cardiaque
  • difficulté à l’effort et fatigue
  • modification de l’appétit
  • sensation de palpitations
  • trouble de la concentration
  • etc

❓ Il est fréquent de présenter de la fatigue (le coeur est fatigué).

En pratique, comment détecter une insuffisance cardiaque ?

On a vu les signes et les symptômes de l’IC. Maintenant, quels sont les éléments auxquels vous pouvez faire attention dans la vie de tous les jours. Ceci est aussi bien valable pour vous que pour les gens qui vous entourent. 

En pratique, si une personne présente un léger symptôme (p.ex. un peu de fatigue), il faudra être vigilant. Aussitôt que celui-ci s’aggrave ou que d’autres symptômes s’ajoutent, il sera important d’agir. 

Dans ces conditions, il sera important de consulter rapidement. Et si la situation est urgente, n’hésitez surtout pas à appeler les secours au 112 (numéro d’urgence).

Quelles sont les principales causes ?

Les causes d’IC sont souvent des maladies du cœur et tout autre problème cardiaque. Par exemple :

  • une cardiomyopathie
  • un problème au niveau des artères corronaires
  • une problématique des valves cardiaques
  • une histoire d’infarctus
  • malformation du coeur
  • troubles du rythme (battements)
  • hypertension artérielle
  • etc

Quelle est la différence entre insuffisance cardiaque aiguë (ICA) et l’insuffisance cardiaque chronique (ICC) ?

L’ICA est un problème de cœur qui se présente de manière soudaine, rapide et sévère. C’est une urgence médicale.

L’ICC est une problématique cardiaque qui est présente depuis un moment et n’est pas une urgence médicale. 

❓Il est possible que le cœur d’un patient insuffisant cardiaque chronique décompense (p.ex. si trop grande fatigue ou trop grand stress). En cas de décompensation cardiaque, il se peut que le patient présente une ICA. 

Qu’est-ce que l’insuffisance cardiaque congestive (ICG) ?

Il arrive que l’ICC soit associé à d’autres problématiques cardiaques. Lorsque c’est le cas, il est possible que le cœur grossise. Un grossissement du coeur entraîne une diminution de sa fonction. On pourra ainsi dire qu’il sera encore moins efficace. 

Cela engendre une modification des pressions au niveau du circuit sanguin et une accumulation de liquide au niveau tissulaire. On parle de conséquence de la surcharge cardiaque.

Au plus ces éléments augmentent dans le temps, au plus l’ICC s’aggrave et on parle d’ICCg. Ce qui augmente la défaillance cardiaque.

❓Il n’est pas rare qu’un patient ICG présente des oedèmes (= gonflement) au niveau du bas des 2 jambes et des 2 pieds. A cela s’ajoute une augmentation de l’essouflement au repos et à l’effort.

Comment diagnostiquer une insuffisance cardiaque ?

La présence d’une IC nécessite une évaluation chez votre médecin. Il fera le point sur votre historique médical (antécédents, …) et évaluera vos signes et symptrômes. 

Pour appuyer son diagnostic, il est possible que le médecin demande des examens supplémentaires :

  • Test sanguin
  • électrocardiograme (ECG)
  • échocardiograme

Eventuellement aussi un test d’effort (pour la respiration) et une radio des poumons.

Quels sont les risques d’une insufissance cardiaque ?

Comme nous l’avons vu, l’IC engendre une réduction de la fonction du coeur. Cela signifie que l’éjection du sang, dans tout votre organisme, n’est plus optimale.

Dans le cas ou cette IC n’est pas traitée, les complications peuvent devenir graves car le corps a besoin d’une pompe qui propulse correctement le sang et amène l’oxygène à tous les muscles et organes. 

Une IC qui n’est pas traitée peut entraîner des difficultés pour respirer, un coeur qui n’arrive plus à battre de manière régulière. Dans les cas les plus sévères, le patient pourrait présenter un arrêt cardiaque vu la déffaillance du cœur. 

Quel est le but du traitement de l’insuffisance cardiaque ?

But du traitement de l’IC est de 

  • réduire les signes et symptômes
  • prévenir une autre problématique cardiaque
  • agir sur le style de vie

Cela nous amène sur le point suivant : Que pouvons-nous faire lorsque nous avons une IC ?

Que faire en cas d’insufissance cardiaque ?

Comme nous l’avons vu, si l’IC est aiguë, il est important d’appeler les urgences (112) afin d’être rapidement pris en charge par une équipe médicale. 

Maintenant, nous allons voir ce que vous pouvez faire si…

  • vous sortez d’une hospitalisation suite à un problème cardiaque 
  • vous présentez une IC qui est chronique

En effet, il y a 3 éléments qui sont très important : 

  1. Prévenir et Traiter
  2. Réadapter
  3. Bouger

Rôle de la prévention cardiovasculaire et du traitement

Tout d’abord, il est essentiel de suivre votre prescription médicale. Veillez à toujours bien respecter le dosage de vos médicaments et à les prendre au bon moment.

Ensuite, il est important d’adopter un style de vie qui est favorable pour notre corps. Le but de la prévention est de réduire le risque de développer de nouveaux problèmes cardiaques. 

Retrouvez de nombreuses informations sur la prévention cardiovasculaire

Rôle de la réadaptation cardiaque

Un programme de réadaptation permet de récupérer la forme physique (et mentale) après une problématique cardiovasculaire. Elle aborde de nombreux points : activité physique, alimentation, gestion du stress, etc. 

Il y a 3 phases. La réadaptation cardiaque de phase 1 se fait à l’hôpital. La phase 2 peut se faire dans un centre de réadaptation ou de manière ambulatoire. Et la phase 3 se fait de manière ambulatoire. 

❓Sauf erreur de notre part, la réadaptation de phase 1 et de phase 2 sont remboursées par les assurances maladies. Concernant la phase 3, elle peut faire l’objet d’une prise en charge par l’assurance complémentaire (discutez-en avec votre médecin et votre assureur !). 

L’importance de bouger et être actif

L’élément le plus important, dans le temps, est de continuer à être actif. En effet, même si votre muscle cardiaque n’est plus aussi performant qu’avant (p.ex. en cas d’ICC), il aura toujours besoin d’être stimulé. De plus, votre corps se doit de rester en bonne santé. 

C’est pourquoi il est primordial de réaliser une activité physique régulière (et adaptée à votre niveau).

Quels sports peut-on faire avec une insuffisance cardiaque ?

Tout d’abord, nous allons nuancer les choses. En première intention, le sport n’est pas spécialement recommandé. Cependant, il est bon de pratiquer une activité physique. 

Le but de l’activité physique est de mettre le corps en mouvement, de manière progressive et adaptée à vos capacités physiques. Ce qui est favorable pour vos muscles, votre respiration, votre stress, votre bien-être, votre poids, etc. 

Parmis les activités physiques qui sont recommandées : 

  • la marche 
  • le nordic walking (marche avec des bâtons)
  • séances de renforcement musculaire
  • séances de cardio (légère)

❓Si vous souhaitez en savoir plus, je vous laisse découvrir cet article qui traite de l’activité physique comme moyen de prévention.


Source : 

https://fedecardio.org/je-m-informe/l-insuffisance-cardiaque/
https://www.vidal.fr/maladies/coeur-circulation-veines/insuffisance-cardiaque-chronique.htmlhttps://www.chuv.ch/fr/chuv-home/patients-et-familles/specialites-medicales/atlas-medical-thematique/coeur-et-vaisseaux/insuffisance-cardiaque-congestive

Avis : faire l’amour après un infarctus (activité sexuelle)

La sexualité est un sujet tabou mais très important à aborder après un problème de cœur. La raison est simple : les bénéfices dépassent largement les risques ! Il ne faut donc pas avoir peur d’avoir une vie sexuelle active après un problème cardiaque (infarctus, arrêt cardiaque, …). 

Cependant, il est vrai que la reprise devra se faire de manière progressive. Par exemple, si vous souhaitez faire l’amour après un infarctus, il sera bon d’adapter l’intensité de vos ébats amoureux à votre capacité physique. 

faire l’amour après un infarctus

Vous l’aurez compris, dans cet article, on abordera le sujet (si important) de l’activité sexuelle et du plaisir en lien avec les maladies cardiovasculaires, sans langue de bois. 

Est-ce que le sexe est bon pour le coeur ?

La réponse est OUI, la pratique d’une activité sexuelle est bonne pour le cœur. Les raisons sont multiples et sont globalement similaires pour tous les troubles cardiaques existant.

Finalement, c’est un peu comme toute bonne chose, il faut le juste dosage pour que les effets soient optimaux ! 

Quelles sont les conséquences du sexe et d’une vie sexuelle active après un infarctus ?

Le sexe a des conséquences positives sur notre organisme. En effet, nous avons déjà insisté sur l’importance de pratiquer une activité physique comme moyen de prévention de maladies cardiaques. En plus, les ébats sexuels ont l’avantage de libérer une série d’hormones qui sont bénéfiques pour notre corps et notre esprit.

faire l’amour après un infarctus

Les bénéfices du sexe sur notre corps

  • Amélioration de notre capacité physique
    • Force
    • Endurance
    • Puissance
  • Gestion de notre respiration 
  • Gestion de nos efforts
  • Adaptation de notre fonction cardiovasculaire
  • Donne de l’énergie et diminue la fatigue 
  • Etc

Les bénéfices du sexe sur notre esprit

  • Diminution du stress
  • Sensation de plaisir
  • Augmentation du bien être
  • Amélioration de notre moral 
  • Etc

Oui, le sexe est antidépressif et antistress !

En conclusion, faire l’amour est bon pour notre cœur et notre santé !

Est-ce que le sexe est dangereux pour le coeur (faire l’amour et infarctus)?

Comme toute activité physique, le plus important est de doser l’intensité de son effort. Cela ne sert à rien de sur stimuler son corps au risque de se blesser. Il en est de même pour notre cœur.

En pratique :
Lorsque vous faites l’amour, veillez à faire un effort d’intensité faible à modérée (= les sensations ressenties lors d’une marche rapide).

Précautions : 

Si vous ne vous sentez pas bien ou que vous ressentez des douleurs au niveau de la poitrine, une faiblesse globale, etc. Il est préférable de s’arrêter. Les règles et les indications d’urgence restent similaires (numéro d’appel : 112). 

Quand faire l’amour après un infarctus ou après un accident cardiaque ?

Il n’y a pas de moment précis recommandé. Le plus important, comme signalé précédemment, est d’y aller progressivement et en écoutant son corps. 

Lorsque vous sortez de réadaptation, privilégiez vraiment une activité d’intensité légère afin d’observer comment votre cœur réagit et également de reprendre confiance en vos capacités ! (P.ex. on passe plus de temps sur les préliminaires, utilisation de sex toys,etc). Et au fur et à mesure que votre capacité augmente, vous pourrez augmenter la durée et l’intensité de votre activité sexuelle. 

sex toys et problème de cœur

En cas de doute, n’hésitez pas à en parler directement avec votre cardiologue. Cela est d’autant plus important après une chirurgie ou un pontage. Oui, vous pouvez faire l’amour après un pontage… comme on l’a vu précédemment, il faut juste y aller progressivement.  

Qu’en est-il du viagra et des maladies cardiaques ?

Comme tout médicament pour le cœur, il est important d’en discuter directement avec votre médecin. Il pourra vous aiguiller au mieux et vous conseiller en fonction de la prescription que vous avez, votre état de santé et les problématiques que vous rencontrez qui peuvent expliquer la prise du viagra.

Fatigue et sommeil sur le coeur

Quelles sont les conséquences du sommeil sur le cœur ?

Avant de répondre à cette question, on va débuter cet article avec l’impact que peut avoir la fatigue sur notre corps.

Il s’agit donc d’une bonne introduction pour comprendre pourquoi on se sent parfois épuisé. Et de définir les signes et symptômes annonciateurs. 

Tout comme la fatigue, le sommeil est très important pour la santé de notre cœur et de notre corps. C’est pour cette raison qu’il est également important de comprendre comment il s’organise et quelles sont les solutions que vous avez à disposition, pour agir sur votre santé !

C’est quoi la fatigue ? (Définition)

On parlera d’un épuisement globale comme une sensation personnelle où on manque d’énergie (on se sent “mou”) après une mauvaise nuit. Il s’agit évidemment d’une condition totalement subjective.

Les 2 types de fatigue

Il en existe 2 types. Elles vont être différenciées sur base d’un élément : la durée de leur présence. 

La fatigue aiguë

C’est une forme qui arrive soudainement. Elle ne persiste pas dans le temps et elle disparaît après une bonne nuit.

La fatigue chronique

Il s’agit de la forme qui persiste dans le temps (plusieurs semaines) et il est difficile de la faire partir. Elle est souvent le signe d’un problème sous-jacent. D’ailleurs, une personne qui présente une forme chronique a souvent des difficultés pour s’endormir, resté éveillée durant la journée et se lever le matin. 

Comment ressentir cette fatigue ? Signes et symptômes

Il existe plusieurs éléments qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille. En effet, si vous ressentez un de ces éléments (👇), il est fort probable que votre corps soit épuisé et ait besoin de se reposer : 

“Je me sens/ Je suis crevé”

“Je suis épuisé”

“La moindre chose m’ennuie”

“Je suis tendu et vite sous pression”

“J’ai l’impression d’être surmené”

“Je suis rapidement déçu”. 

Aussitôt que ces sensations sont présentes, il est temps d’agir. 

épuisement et sommeil sur le cœur

Quelle est la différence entre fatigue physique et fatigue mentale ?

En effet, il y a une différence entre la forme physique : sensation de faiblesse pour le corps et les muscles. Et la forme mentale : sensation de faiblesse pour notre esprit (attention qui diminue, difficulté à mémoriser certaines choses, etc). 

Notre but est de trouver la juste balance pour se sentir en forme physiquement et mentalement ! Le but est de trouver un équilibre entre notre corps et notre esprit.

Qu’est-ce que le sommeil ? (Définition)

Vous vous en doutez bien, il est essentiel pour la santé. Il influence directement (et positivement) notre état de forme et de santé. De plus, il diminue le risque de diabète, problèmes de cœur, obésité, etc.

Il est également important de noter que de nombreuses personnes sont touchées par des troubles du sommeil. Une étude de la National Sleep Foundation (NSF), de 2005, a relevé que 75% des adultes questionnés présentent au moins un symptôme de trouble du sommeil. C’est énorme ! Et 54% présentent au moins un symptôme d’insomnie. 

Cela revient à dire qu’une personne sur deux pourrait facilement avoir des problèmes pour dormir et de fatigue. 

Conclusion : Il est vraiment temps d’agir !

dormir et sommeil sur le cœur

Comment est organisé notre sommeil ? 

Il faut savoir que lorsqu’on dort, le cerveau est toujours en activité . On peut analyser cela avec les vagues cérébrales (“brain waves”). 

Il est constitué de différents stades : 

Stade de sommeil léger (1)

Qui est la phase de transition vers la phase suivante. Il s’agit du moment où on commence à somnoler. 

Stade de sommeil moyen (2)

Qui est la phase où on commence à dormir.

Stade de sommeil profond (3 et 4)

Qui est la phase durant laquelle le corps se repose. C’est la phase qu’on recherche pour avoir une nuit de qualité afin de bien récupérer.

Combien d’heures de sommeil avez-vous besoin ?

Le nombre d’heures nécessaire va dépendre d’une personne à l’autre. On peut tout de même faire une moyenne et dire qu’en général, un individu moyen a besoin de 7,5 heures pour se sentir en forme. 

Pour info, cela est différent pour les animaux. En effet, un 🐱 chat aura besoin de 12,5 heures tandis que le 🐶 chien en aura besoin de 10. 

C’est quoi la dette de sommeil ?

Il s’agit d’une problématique qui est néfaste pour notre corps. Tout d’abord, il faut s’avoir qu’elle s’accumule !

Pourquoi est-ce que cette dette est négative pour notre corps ? Car elle influence négativement : 

  • Notre état d’esprit
  • Notre état de conscience
  • Notre énergie 
  • Notre attention et nos réflexes
  • Nos performances intellectuelles et pro
  • Notre mémoire
  • Notre concentration
  • Notre créativité
  • Etc.
fatigue et sommeil sur le cœur

“Pourquoi je suis fatigué” ?

En plus d’un problème pour dormir, les causes de fatigue peuvent être très variées. Il peut s’agir d’un problème de cœur , un taux de sucre dans le sang qui est anormal, une allergie, une infection, un surpoids, etc. 

C’est pour cette raison qu’il est important d’en discuter avec votre médecin. L’idée est de prévenir (le plus vite possible) afin d’éviter que cela devienne chronique. 

Comment améliorer la qualité de notre sommeil ?

Avant de trouver une solution pour l’améliorer, il est important d’évaluer sa qualité et de définir la raison de nos problèmes. 

Ensuite, n’hésitez pas à en discuter avec votre médecin. Il existe une série de stratégies qui peuvent être mises en place. D’autant plus qu’il s’agit d’un domaine qui profite de nombreuses recherches (et donc découvertes). 

Parmis les solutions, on pourra citer quelques exemples : 

  • Les options médicales (voir avec le médecin)
  • Les options paramédicales (kiné, ostéopathie,…)
  • Les options alternatives (acupuncture, activité physique, massages,…)
  • Agir sur son mental (méditation, auto-motivation, sophrologie,…)
  • Faire une sieste en mi-journée
  • Avoir de bonnes habitudes de vie
  • Etc.
sieste et sommeil sur le cœur

Séances d’exercices en ligne de niveau 1

Séances d’exercices, en ligne, de niveau 1

Recevoir les nouvelles séances directement dans votre boîte mail :

Le top 5 des bonnes habitudes pour son cœur !

Quelles sont les premières activités qui vous viennent en tête lorsque vous pensez aux 5 bonnes habitudes pour son cœur et pour être en bonne santé ? Vous pensez probablement aux activités qui participent à avoir un esprit sain dans un corps sain, juste ? Notre esprit peut facilement définir les choses qui sont positives pour nous et celles qui ne le sont pas.  

Cependant, il n’est pas toujours aussi simple de passer à l’action. Les barrières sont nombreuses. Il peut s’agir d’un manque d’envie, d’un manque de temps,… les excuses ne manquent pas ! 

Dans cet article, nous allons faire le point sur les 5 meilleures habitudes pour votre santé. Celles qui méritent toute notre attention et notre énergie afin de s’assurer de les mettre en place. Certes, cela vous demandera probablement un peu d’énergie au début (afin de changer certaines habitudes) mais le résultat en vaut réellement la chandelle. 

Par où commencer ? Bien entendu, il existe de nombreuses bonnes habitudes qui nous protègent contre les maladies cardiovasculaires. Ainsi, vous découvrirez les 5 premières (et plus importantes) solutions qui sont simples à mettre en place et qui peuvent être appliquées rapidement.

Les 5 bonnes habitudes pour le cœur

1. Bien dormir est important pour votre santé et votre cœur 😴

Un manque de sommeil est une source d’épuisement. Les conséquences de cet épuisement est une fatigue physique et psychologique. Cela signifie qu’elle peut autant toucher notre corps (muscles, organes, cœur,…) que notre esprit (pensées, humeur, …). Elle peut être plus ou moins importante et influence énormément notre état de bien être. On peut même dire qu’une fatigue chronique est une source de mal-être. Il en est de même pour la dette de fatigue qui est néfaste pour notre corps. 

❓ On parle d’une forme chronique lorsque la fatigue est présente durant une longue période (en semaines et en mois). Ce qui est l’inverse de la fatigue aiguë qui se produit de manière ponctuelle. 

Pour lutter contre cet épuisement, il est important de bien dormir. En effet, le sommeil à de nombreux avantages : on se sent moins crevé, il nous permet de recharger nos batteries, il participe à notre mémorisation, il tend à nous rendre de meilleure humeur, etc. 

2. Pensée positive et optimisme pour être en bonne santé et éviter la dépression 😊

Il est très fréquent de présenter une modification de son état d’humeur après un problème de santé ou une maladie cardiovasculaire. Et les conséquences sont souvent néfastes pour la santé. Par exemple, de nombreux patients passent par des stades de dépression après un infarctus. L’évènement est tellement intense pour le corps et pour l’esprit qu’il a besoin de temps pour digérer le problème de cœur, accepter la situation et surmonter la pente. 

Heureusement, il existe de nombreuses solutions pour lutter contre la dépression. Des astuces pratiques qui sont simples et rapides à mettre en place et qui augmenteront votre état de bien être physique et mental. D’ailleurs, vous boostez votre état si vous arrivez à en faire des habitudes quotidiennes.

3. L’importance de faire ce qu’on aime pour le bien être et la santé 🥳

Ce n’est pas nouveau que le corps et l’esprit ont besoin de se détendre. La détente peut être distinguée de deux manières : la forme passive et la forme active. 

Faire ce qu’on aime de manière passive : on peut reprendre toutes les activités qui sont calmes, relaxantes et qui vous procurent des pensées positives. Ces moments où vos muscles récupèrent, vos batteries se rechargent et votre esprit est détendu. 

Faire ce qu’on aime de manière active : il s’agit de toutes les activités qui stimulent votre corps et qui l’aident à se maintenir en pleine forme tout en vous imprimant un sourire sur le visage. Ce sont des moments où vos articulations sont mobilisés, vos muscles sont stimulés et votre esprit est bien éveillé. 

Votre corps à besoin d’une douce combinaison de ses deux formes de détente. 

4. Retrouver la motivation après un infarctus ou tout autre problème de santé 😎

Il est normal d’accuser le coup, après un problème cardiovasculaire. Il s’agit d’un moment difficile à surmonter et qui nécessite du temps. De plus, le moral est rarement au rendez-vous.

Malheureusement, la motivation est un carburant important si on souhaite rapidement se remettre sur pied. Il est donc important de tout mettre en place pour ne pas en manquer ! Voici 5 étapes qui vous permettront d’aller de l’avant.

5.  Est-ce risqué de faire l’amour après un infarctus ou tout autre problème cardiovasculaire ? 🤭

Non, faire l’amour après un infarctus n’est pas un danger ! Au contraire, à partir du moment où votre activité sexuelle est bien dosée, elle sera bénéfique pour votre santé. 

C’est comme pour tout, il faut trouver le bon dosage. D’ailleurs, ce sujet mérite un article dédié. On passe tout cela en revue et sans tabou. 

Comment diminuer son stress après un infarctus (et autres problèmes de cœur)

Est-il normal d’avoir du stress après un infarctus ?

La réponse est “oui”. Cet événement de santé (comme toutes les autres maladies cardiovasculaires) n’est pas anodin. Il est normal de ressentir du stress, de l’anxiété et de la peur. 

Maintenant que l’on sait cela… Est-il possible d’agir pour s’en débarrasser ? La réponse est “évidemment que oui !”. Cet article vous fera un tour d’horizon sur le stress sous toutes ses coutures. Et vous découvrirez des solutions simples et applicables pour savoir comment diminuer son stress et améliorer votre bien-être.

C’est quoi le stress et comment le réduire ?

Il s’agit d’une réaction naturelle, de notre corps, à un événement.

Une réaction qui provoque une sensation stressante incontrôlable et qui est automatique.

En sachant que tout est en lien avec notre cerveau et notre système nerveux.

On peut même ajouter que le stress est nécessaire car il pousse à agir (et réagir).

Cependant, il peut également devenir problématique, si celui-ci devient négatif.

Typiquement, le stress au travail, un conflit avec un proche, une crainte que quelque chose se passe, etc.

Donc finalement…

Le problème (pour le cœur et le corps) n’est pas le stress en lui-mêmeMais les émotions qu’il déclenche…

Et ces émotions (si négatives) peuvent nous affaiblir physiquement et mentalement.

Il est donc important de pouvoir les contrôler !

Et c’est ainsi qu’on pourra se renforcer !

Comment diminuer son stress après un infarctus (ou autres problèmes cardiovasculaires) ?

Ce qui est super, c’est que tout le monde a la capacité de diminuer et gérer son stress. En effet, le tout est d’avoir les bonnes solutions. Les solutions qui conviennent à votre corps et à votre esprit. Et ensuite, il suffit de les appliquer.

D’ailleurs, vous êtes au bon endroit pour disposer de toutes les clés pour pouvoir y arriver ! Voici les étapes qui vous aideront à gérer votre stress dans toutes les situations.

La première étape : Accepter son stress

Il est important de prendre conscience de ses émotions… cela signifie reconnaître que nous sommes stressés. C’est un constat que nous faisons et qui va nous permettre de progresser.

La seconde étape : Définir les causes de votre stress

Observons notre situation et définissons les éléments qui ont le plus de chance d’être à l’origine de ce stress et qui, par conséquent, engendrent toutes les émotions négatives.

Est-ce qu’il s’agit d’une personne, d’une activité, de votre environnement,… Prenez le temps d’y penser.

Si vous avez eu un infarctus (ou un autre problème de cœur), il s’agit de l’élément qui a déclenché le stress. Il peut l’entretenir, si vous avez peur qu’il se reproduise. Cependant, il peut également y avoir des évènements de la vie quotidienne qui l’entretiennent également. L’idée est d’agir sur l’ensemble de ces éléments !

La troisième étape : Construire un plan d’action

Ici, nous allons créer une première stratégie qui nous permettra de s’éloigner (au maximum) de cet élément qui nous provoque ce stress. 

Exemple 1 : Notre stress est présent lorsque nous sommes au travail car on trouve qu’on nous en demande trop. Une des stratégies pourrait être de voir s’il est possible de déléguer certaines de nos tâches ?

Exemple 2 : Des difficultés relationnelles ? La solution pourrait être d’essayer d’avoir une discussion ouverte et calme afin de pouvoir verbaliser et écouter le ressenti des 2 parties. Afin de voir s’il est possible de trouver un terrain d’entente pour apaiser la situation.

Exemple 3 : Et s’ il s’agit de problèmes d’argent. La solution pourrait-être de trouver quelqu’un qui nous aide à gérer nos dépenses et organiser nos finances.

Vous l’aurez compris, tout problème à sa solution. 

L’idéal est toujours de débuter par la première idée qui vous vient en tête. Et tâcher de toujours penser à quelque chose qui est simple et qui peut être directement appliqué. 

L’avant dernière étape : Agir et changer

Maintenant que nous savons quoi faire, il ne nous reste plus qu’à tenter le coup. Essayons de ne pas ajouter du stress en imaginant que cela ne va pas fonctionner… car à partir du moment où on essaie, c’est qu’on est déjà dans la bonne direction !

La dernière étape : Évaluer et avancer

Il est maintenant temps de faire le point, car on est passé à l’action.

Est-ce que ce stress est toujours présent ?

Si la réponse est “non” : magnifique ! Nous y sommes arrivés !

Si la  réponse est “un peu moins” : Bravo ! On a déjà fait un bon pas en avant.. Il est peut être bon de penser à une autre action qu’on pourrait ajouter, en supplément de ce qu’on fait déjà. Il ne nous manque plus grand-chose donc à nous de jouer.

Si la réponse est “oui” : Il semble intéressant de revenir à la troisième étape afin de définir une nouvelle solution. C’est le moment d’essayer quelque chose de différent. Comme on dit, on n’y arrive pas toujours du premier coup. On ne baisse pas les bras et on reste bien motivé car… on va y arriver !

Quel est l’impact du stress sur notre cœur et sur notre santé ?

Vous avez vu que le stress est un événement physiologique normal de notre corps.

Dans certaines situations, ce stress peut être favorable.

Tandis que dans d’autres, il risque plutôt de nous poser problèmes.

Et en parlant de problèmes…

diminuer son stress après un infarctus

Qu’en est-il pour la santé de notre cœur ?

Le stress a un impact négatif sur le cœur ! 

le stress peut nous amener à adopter des “mauvais” comportements :

Le stress peut également influencer notre état émotionnel et notre mental :

Et tous ses éléments auront (indirectement) un impact négatif sur notre cœur car ils ont tendance à …

  • Modifier notre rythme cardiaque
  • Modifier notre fréquence cardiaque
  • Dérégler notre système digestif
  • Augmenter notre pression sanguine
  • Augmenter notre risque d’inflammation

Etc.

Et on s’en doute, cela n’est pas idéal ni pour notre corps, ni pour notre cœur.

Du coup, il est clair que nous devons agir pour rester en bonne santé.

Dans la dernière partie, nous verrons les solutions pratiques qui nous permettront d’y arriver !

diminuer son stress après un infarctus

Quelles sont les 9 solutions pour gérer son stress ?

Comme nous venons de le voir,  il est important d’agir si on souhaite rester en bonne santé.

Car malheureusement…

Il est rare que la situation s’améliore spontanément (le stress diminue rarement par magie ou chance). 

Nous avons donc un grand rôle à jouer.

Alors, débutons avec les solutions…

Voici 9 solutions qui vous permettront d’agir et de réussir à diminuer votre stress!

  1. Avoir confiance en soi
  2. Se faire aider et ne pas avoir peur d’en discuter
  3. Choisir des activités qui vous procure du plaisir
  4. Adopter de bonnes habitudes
  5. Mindfulness/Méditation : vous retrouvez avec vous-même
  6. Profiter du pouvoir de la respiration
  7. Pratiquer une activité physique régulière
  8. Changer son état d’esprit (positif)
  9. Revoir son organisation

En plus, il est important de noter que toutes ses solutions nous permettent également d’agir sur bien d’autres éléments de notre santé. Et ce, autant physiquement que mentalement.

Il ne faut donc plus nous en priver !

Alors, c’est parti pour se lancer !