Fatigue et sommeil sur le coeur

Quelles sont les conséquences du sommeil sur le cœur ?

Avant de répondre à cette question, on va débuter cet article avec l’impact que peut avoir la fatigue sur notre corps.

Il s’agit donc d’une bonne introduction pour comprendre pourquoi on se sent parfois épuisé. Et de définir les signes et symptômes annonciateurs. 

Tout comme la fatigue, le sommeil est très important pour la santé de notre cœur et de notre corps. C’est pour cette raison qu’il est également important de comprendre comment il s’organise et quelles sont les solutions que vous avez à disposition, pour agir sur votre santé !

C’est quoi la fatigue ? (Définition)

On parlera d’un épuisement globale comme une sensation personnelle où on manque d’énergie (on se sent “mou”) après une mauvaise nuit. Il s’agit évidemment d’une condition totalement subjective.

Les 2 types de fatigue

Il en existe 2 types. Elles vont être différenciées sur base d’un élément : la durée de leur présence. 

La fatigue aiguë

C’est une forme qui arrive soudainement. Elle ne persiste pas dans le temps et elle disparaît après une bonne nuit.

La fatigue chronique

Il s’agit de la forme qui persiste dans le temps (plusieurs semaines) et il est difficile de la faire partir. Elle est souvent le signe d’un problème sous-jacent. D’ailleurs, une personne qui présente une forme chronique a souvent des difficultés pour s’endormir, resté éveillée durant la journée et se lever le matin. 

Comment ressentir cette fatigue ? Signes et symptômes

Il existe plusieurs éléments qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille. En effet, si vous ressentez un de ces éléments (👇), il est fort probable que votre corps soit épuisé et ait besoin de se reposer : 

“Je me sens/ Je suis crevé”

“Je suis épuisé”

“La moindre chose m’ennuie”

“Je suis tendu et vite sous pression”

“J’ai l’impression d’être surmené”

“Je suis rapidement déçu”. 

Aussitôt que ces sensations sont présentes, il est temps d’agir. 

épuisement et sommeil sur le cœur

Quelle est la différence entre fatigue physique et fatigue mentale ?

En effet, il y a une différence entre la forme physique : sensation de faiblesse pour le corps et les muscles. Et la forme mentale : sensation de faiblesse pour notre esprit (attention qui diminue, difficulté à mémoriser certaines choses, etc). 

Notre but est de trouver la juste balance pour se sentir en forme physiquement et mentalement ! Le but est de trouver un équilibre entre notre corps et notre esprit.

Qu’est-ce que le sommeil ? (Définition)

Vous vous en doutez bien, il est essentiel pour la santé. Il influence directement (et positivement) notre état de forme et de santé. De plus, il diminue le risque de diabète, problèmes de cœur, obésité, etc.

Il est également important de noter que de nombreuses personnes sont touchées par des troubles du sommeil. Une étude de la National Sleep Foundation (NSF), de 2005, a relevé que 75% des adultes questionnés présentent au moins un symptôme de trouble du sommeil. C’est énorme ! Et 54% présentent au moins un symptôme d’insomnie. 

Cela revient à dire qu’une personne sur deux pourrait facilement avoir des problèmes pour dormir et de fatigue. 

Conclusion : Il est vraiment temps d’agir !

dormir et sommeil sur le cœur

Comment est organisé notre sommeil ? 

Il faut savoir que lorsqu’on dort, le cerveau est toujours en activité . On peut analyser cela avec les vagues cérébrales (“brain waves”). 

Il est constitué de différents stades : 

Stade de sommeil léger (1)

Qui est la phase de transition vers la phase suivante. Il s’agit du moment où on commence à somnoler. 

Stade de sommeil moyen (2)

Qui est la phase où on commence à dormir.

Stade de sommeil profond (3 et 4)

Qui est la phase durant laquelle le corps se repose. C’est la phase qu’on recherche pour avoir une nuit de qualité afin de bien récupérer.

Combien d’heures de sommeil avez-vous besoin ?

Le nombre d’heures nécessaire va dépendre d’une personne à l’autre. On peut tout de même faire une moyenne et dire qu’en général, un individu moyen a besoin de 7,5 heures pour se sentir en forme. 

Pour info, cela est différent pour les animaux. En effet, un 🐱 chat aura besoin de 12,5 heures tandis que le 🐶 chien en aura besoin de 10. 

C’est quoi la dette de sommeil ?

Il s’agit d’une problématique qui est néfaste pour notre corps. Tout d’abord, il faut s’avoir qu’elle s’accumule !

Pourquoi est-ce que cette dette est négative pour notre corps ? Car elle influence négativement : 

  • Notre état d’esprit
  • Notre état de conscience
  • Notre énergie 
  • Notre attention et nos réflexes
  • Nos performances intellectuelles et pro
  • Notre mémoire
  • Notre concentration
  • Notre créativité
  • Etc.
fatigue et sommeil sur le cœur

“Pourquoi je suis fatigué” ?

En plus d’un problème pour dormir, les causes de fatigue peuvent être très variées. Il peut s’agir d’un problème de cœur , un taux de sucre dans le sang qui est anormal, une allergie, une infection, un surpoids, etc. 

C’est pour cette raison qu’il est important d’en discuter avec votre médecin. L’idée est de prévenir (le plus vite possible) afin d’éviter que cela devienne chronique. 

Comment améliorer la qualité de notre sommeil ?

Avant de trouver une solution pour l’améliorer, il est important d’évaluer sa qualité et de définir la raison de nos problèmes. 

Ensuite, n’hésitez pas à en discuter avec votre médecin. Il existe une série de stratégies qui peuvent être mises en place. D’autant plus qu’il s’agit d’un domaine qui profite de nombreuses recherches (et donc découvertes). 

Parmis les solutions, on pourra citer quelques exemples : 

  • Les options médicales (voir avec le médecin)
  • Les options paramédicales (kiné, ostéopathie,…)
  • Les options alternatives (acupuncture, activité physique, massages,…)
  • Agir sur son mental (méditation, auto-motivation, sophrologie,…)
  • Faire une sieste en mi-journée
  • Avoir de bonnes habitudes de vie
  • Etc.
sieste et sommeil sur le cœur

Le top 5 des bonnes habitudes pour son cœur !

Quelles sont les premières activités qui vous viennent en tête lorsque vous pensez aux 5 bonnes habitudes pour son cœur et pour être en bonne santé ? Vous pensez probablement aux activités qui participent à avoir un esprit sain dans un corps sain, juste ? Notre esprit peut facilement définir les choses qui sont positives pour nous et celles qui ne le sont pas.  

Cependant, il n’est pas toujours aussi simple de passer à l’action. Les barrières sont nombreuses. Il peut s’agir d’un manque d’envie, d’un manque de temps,… les excuses ne manquent pas ! 

Dans cet article, nous allons faire le point sur les 5 meilleures habitudes pour votre santé. Celles qui méritent toute notre attention et notre énergie afin de s’assurer de les mettre en place. Certes, cela vous demandera probablement un peu d’énergie au début (afin de changer certaines habitudes) mais le résultat en vaut réellement la chandelle. 

Par où commencer ? Bien entendu, il existe de nombreuses bonnes habitudes qui nous protègent contre les maladies cardiovasculaires. Ainsi, vous découvrirez les 5 premières (et plus importantes) solutions qui sont simples à mettre en place et qui peuvent être appliquées rapidement.

Les 5 bonnes habitudes pour le cœur

1. Bien dormir est important pour votre santé et votre cœur 😴

Un manque de sommeil est une source d’épuisement. Les conséquences de cet épuisement est une fatigue physique et psychologique. Cela signifie qu’elle peut autant toucher notre corps (muscles, organes, cœur,…) que notre esprit (pensées, humeur, …). Elle peut être plus ou moins importante et influence énormément notre état de bien être. On peut même dire qu’une fatigue chronique est une source de mal-être. Il en est de même pour la dette de fatigue qui est néfaste pour notre corps. 

❓ On parle d’une forme chronique lorsque la fatigue est présente durant une longue période (en semaines et en mois). Ce qui est l’inverse de la fatigue aiguë qui se produit de manière ponctuelle. 

Pour lutter contre cet épuisement, il est important de bien dormir. En effet, le sommeil à de nombreux avantages : on se sent moins crevé, il nous permet de recharger nos batteries, il participe à notre mémorisation, il tend à nous rendre de meilleure humeur, etc. 

2. Pensée positive et optimisme pour être en bonne santé et éviter la dépression 😊

Il est très fréquent de présenter une modification de son état d’humeur après un problème de santé ou une maladie cardiovasculaire. Et les conséquences sont souvent néfastes pour la santé. Par exemple, de nombreux patients passent par des stades de dépression après un infarctus. L’évènement est tellement intense pour le corps et pour l’esprit qu’il a besoin de temps pour digérer le problème de cœur, accepter la situation et surmonter la pente. 

Heureusement, il existe de nombreuses solutions pour lutter contre la dépression. Des astuces pratiques qui sont simples et rapides à mettre en place et qui augmenteront votre état de bien être physique et mental. D’ailleurs, vous boostez votre état si vous arrivez à en faire des habitudes quotidiennes.

3. L’importance de faire ce qu’on aime pour le bien être et la santé 🥳

Ce n’est pas nouveau que le corps et l’esprit ont besoin de se détendre. La détente peut être distinguée de deux manières : la forme passive et la forme active. 

Faire ce qu’on aime de manière passive : on peut reprendre toutes les activités qui sont calmes, relaxantes et qui vous procurent des pensées positives. Ces moments où vos muscles récupèrent, vos batteries se rechargent et votre esprit est détendu. 

Faire ce qu’on aime de manière active : il s’agit de toutes les activités qui stimulent votre corps et qui l’aident à se maintenir en pleine forme tout en vous imprimant un sourire sur le visage. Ce sont des moments où vos articulations sont mobilisés, vos muscles sont stimulés et votre esprit est bien éveillé. 

Votre corps à besoin d’une douce combinaison de ses deux formes de détente. 

4. Retrouver la motivation après un infarctus ou tout autre problème de santé 😎

Il est normal d’accuser le coup, après un problème cardiovasculaire. Il s’agit d’un moment difficile à surmonter et qui nécessite du temps. De plus, le moral est rarement au rendez-vous.

Malheureusement, la motivation est un carburant important si on souhaite rapidement se remettre sur pied. Il est donc important de tout mettre en place pour ne pas en manquer ! Voici 5 étapes qui vous permettront d’aller de l’avant.

5.  Est-ce risqué de faire l’amour après un infarctus ou tout autre problème cardiovasculaire ? 🤭

Non, faire l’amour après un infarctus n’est pas un danger ! Au contraire, à partir du moment où votre activité sexuelle est bien dosée, elle sera bénéfique pour votre santé. 

C’est comme pour tout, il faut trouver le bon dosage. D’ailleurs, ce sujet mérite un article dédié. On passe tout cela en revue et sans tabou. 

C’est quoi la péricardite ? symptômes, causes, traitement…

La péricardite est une inflammation des couches qui enveloppent le cœur. Le péricarde est lui composé de ces deux membranes. On retrouve une toute petite quantité de liquide entre ces deux couches. Leur rôle est de permettre au cœur de bouger et de se contracter. 

Le problème avec la péricardite est la présence excessive de liquide. Ce liquide peut venir comprimer le muscle cardiaque et l’empécher de bien fonctionner.

Qu’est-ce que la péricardite (définition) ? 

Dans le mot péricardite, on retrouve “ite” qui signale la présence d’une inflammation. Concernant le mot “péricarde”, il s’agit des membres qui entourent le muscle cardiaque et lui permettent d’assurer sa fonction normale de pompe. De plus, les deux fines couches entourent également les vaisseaux cardiaques. 

Si le péricarde s’inflamme, la quantité de liquide qui sépare les 2 couches va augmenter.  Par conséquent, l’augmentation de liquide tend à comprimer le cœur. Cela a un impact négatif sur le bon fonctionnement du cœur.

❓ Lorsque le liquides entre les 2 membres augmentent, on parle d’épanchement péricardique

❓ On parle de tamponnade lorsque le cœur est comprimé par du liquide

Les différents types

La péricardite aiguë

On parle de la forme aiguë lorsque l’inflammation est soudaine. Elle est souvent douloureuse et induit un épanchement de liquide entre les deux couches du péricarde.

La péricardite chronique

On parle de la forme chronique lorsque l’inflammation s’installe progressivement. L’épanchement de liquide entre les deux couches du péricarde arrive avec le temps et peut entraîner un épaississement du péricarde.

Quels sont les signes et symptômes de la péricardite ?

Les signes et symptômes possibles de la péricardite sont :

  • Une douleur de poitrine (qui se présente souvent dans la partie gauche du thorax, sous forme d’une sensation en coup de poignard). 
  • Une douleur qui irradie dans le cou et dans la nuque (l’irradiation est également fréquente vers les épaules et les bras)
  • De la fièvre (qui est en lien avec la présence de l’inflammation. Il s’agit d’une réaction physiologique normale de notre corps.)
  • Des difficultés respiratoires (le souffle est court et il y a une présence de dyspnée)
  • Des nausées et des envies de vomir

Il est très important d’appeler les secours (numéro d’urgence : 112) en cas de douleur de poitrine ! Au plus la douleur persiste dans le temps et au plus elle augmente, au plus la situation est alarmante.


❓ Les symptômes de douleur à la poitrine ressemblent aux douleurs de l’infarctus. Le Dr Gérald Kierzek en parle dans cette vidéo (3min13) :

Quels sont les facteurs de risque et les causes de la péricardite ?

Les causes de la péricardite peuvent être résumées d’une manière très simple. Soit il y a une infection virale (par un virus) ou bactérienne (par une bactérie). Il s’agit d’un agent pathogène (virus ou bactérie) qui pose problème et provoque l’inflammation. Soit il y a une problématique inflammatoire qui est déjà présente (p.ex. une maladie inflammatoire). Cela se retrouve avec certains cancers.

❓ Il est également possible qu’une intervention chirurgicale (cardiaque) provoque une inflammation du péricarde.

C’est quoi la péricardite idiopathique ?

Idiopathique signifie qu’on n’a pas réussi à définir la cause. Par exemple, on parle d’une forme idiopathique si on ne découvre aucune pathologie qui pourrait provoquer l’inflammation et aucun agent pathogène. 

On parle également de forme idiopathique lorsque le patient présente une récidive et qu’il n’y a plus ou pas d’inflammation présente.

Péricardite

Comment diagnostiquer une péricardite ?

Tout d’abord, il est important de noter que ce sont les symptômes qui mettent la puce à l’oreille. Ceux-ci seront évalués directement et l’équipe médicale fera le tour de l’histoire médicale du patient. 

Le médecin demande également des examens supplémentaires afin de confirmer le diagnostic. On retrouve :

  • l’électrocardiograme (ECG)
  • l’échocardiograme
  • la radio de la poitrine (radio thoracique)
  • l’analyse sanguine

Quel est le but du traitement ?

L’objectif est de traiter l’inflammation et réduire les symptômes.

La réduction de l’inflammation va permettre au cœur d’assurer son bon fonctionnement. 

La diminution des symptômes vise à soulager le patient (physiquement et psychologiquement car les douleurs thoraciques sont une grande source de stress.).

Quel est le traitement de la péricardite ?

Il existe deux formes de traitements. Le premier est la prise de médicaments cardiaques et anti-inflammatoires. Dans le cas où la forme est plus grave, une hospitalisation est envisagée. Cela est souvent le cas si les examens complémentaires montrent une infection importante, la fièvre est élevée, si le patient vient d’avoir une opération chirurgicale.


SOURCE : https://www.icm-mhi.org/fr/soins-et-services/maladies-cardiovasculaires/pericardite-0

C’est quoi l’hypertension pulmonaire ? symptômes, causes, traitement…

L’hypertension pulmonaire est souvent détéctée lorsqu’on présente une difficulté à respirer (surtout lors de l’effort) sans raison particulière. Il est important de la traiter pour éviter qu’elle ne s’aggrave en une forme plus grave et dont les conséquences sont importantes pour notre cœur et notre santé.

Qu’est-ce que l’hypertension pulmonaire (définition) ? 

Comme son nom l’indique, l’hypertension pulmonaire est caractérisée par une augmentation de la tension artérielle au niveau des poumons. D’ailleurs, dans les formes plus graves, on parle d’hypertension artérielle pulmonaire.

Face à cela, le cœur doit travailler d’une manière plus importante. En effet, l’augmentation des pressions rend l’éjection du sang plus difficile. 

Et au plus il travaille dur, au plus le muscle cardiaque se fatigue (et se muscler… ce qui n’est pas idéal). Et cela peut, finalement, mener à d’autres problèmes de cœur comme l’insuffisance cardiaque.

Quels sont les signes et symptômes de l’hypertension pulmonaire ?

Les symptômes de l’hypertension pulmonaire sont très similaires à d’autres problématiques cardiaques (péricardite, coronaropathie, valvulopathie, fibrilation auriculaire, etc). En effet, on retrouve : 

  • Un souffle court et une difficulté notable à respirer
  • Une sensation de faiblesse générale
  • Une douleur au niveau de la poitrine (douleur thoracique)
  • Un sentiment d’étourdissement et de mal être
  • Un coeur qui palpite (palpiations cardiaques)
  • Une prise de poids et les jambes qui gonflent (oedème du bas du corps)
  • Etc

Quels sont les facteurs de risque et les causes de l’hypertension pulmonaire ?

Les causes sont nombreuses et vont dépendre de l’état du cœur, de l’historique médical, du style de vie, etc. En effet, le risque de développer une hypertension pulmonaire augmente si :

  • une problématique cardiaque est déjà présente
  • les habitudes et l’hygiène de vie ne sont pas favorables pour la santé (alcool, cigarette, mauvaise grasse et peu variée, etc)
  • présence d’antécédents familiaux
  • un trouble du sommeil est présent
  • des problèmes infectieux sont présents
  • certains médicaments qui sont prescrits augmente le risque (en discuter avec votre médecin).
  • etc

Comment diagnostiquer une hypertension pulmonaire ?

Le diagnostic débute avec l’histoire médicale du patient et l’évaluation des symptômes. Ensuite, le médecin peut demander des examens complémentaires comme : 

  • la réalisation d’un échocardiograme
  • un test sanguin
  • l’électrocardiograme (ECG)
  • un test d’effort
  • une radiographie des poumons 
  • Etc

Quel est le but du traitement ?

L’objectif du traitement est de d’agir sur l’hypertension artérielle. Cela signifie de trouver une solution (rapide et efficace) pour diminuer la tension au niveau des vaisseaux pulmonaires. Par conséquent, le muscle cardiaque pourra retrouver sa fonction de pompe. Ce qui lui permettra d’éjecter correctement le sang vers les poumons et le reste du corps. 

Quel est le traitement de l’hypertension pulmonaire ?

Il est souvent nécessaire de combiner plusieurs types de traitements. On retrouve, par exemple, la prescription de médicaments pour la tension et des médicaments pour les vaisseaux sanguins. L’idée est de favoriser une bonne circulation.

On peut également combiner avec de l’oxygénothérapie si le patient a un besoin en oxygène. Dans certains cas, l’oxygénothérapie aide également à diminuer certains symptômes comme la difficulté à respirer (dyspnée).
Dans les formes les plus garves, l’intervention chirurgicale peut être recommandée par le médecin. Cela est certainement le cas lorsqu’un caillot sanguin est présent et bloque le passage du sang dans les artères pulmonaires.


SOURCE : https://www.chu-bordeaux.fr/Les-services/Service-de-Pneumologie/PATHOLOGIES/Hypertension-art%C3%A9rielle-pulmonaire-(HTAP)/

C’est quoi l’insuffisance cardiaque ? symptômes, causes, traitements…

insuffisance cardiaque

Un problème cardiaque où le cœur n’arrive plus à assurer sa fonction normale. De quelle problèmatique parlons-nous ? Découvrez tout cela ensemble en détail. De plus, vous obtiendrez des réponses aux questions les plus fréquentes que se posent les patients et leur entourage.

En résumé, à la fin de cet article, vous devriez pouvoir répondre à cette question : C’est quoi l’insuffisance cardiaque ?

Et vous disposerez également des clés pour agir et vous en sortir !

Alors, c’est parti !

Qu’est-ce que l’insuffisance cardiaque (IC)

On parle d’IC lorsque le cœur s’affaiblit et n’arrive plus à pomper le sang correctement. Il y a également une série de symptômes qui sont présents et qui caractérise ce problème de cœur. Ceux-ci peuvent également être accompagnés de plusieurs signes qui montrent que le cœur n’arrive plus à travailler normalement (on parle d’anomalie cardiaque qui peut être structurelle ou fonctionnelle, ou les deux). 

Par conséquent, vu que la fonction cardiaque est réduite, il y aura une diminution de l’éjection cardiaque ainsi que pour le débit sanguin.

Rien de tel qu’une courte vidéo ( ) pour représenter cela 👇

Quels sont les signes et symptômes de l’insuffisance cardiaque ?

Les signes et symptômes de l’IC varient énormément en fonction du type d’IC (et de son intensité). De plus, l’ampleur de ceux-ci vont également varier en fonction de l’individu. 

C’est pour cette raison qu’il est préférable de ne pas trop se comparer entre patients. 

Cependant, nous pouvons tout de même citer quelques un des principaux signes et symptômes qui caractérisent la présence d’IC : 

  • gonflement abdominal et oedèmes des jambes (prise de poids)
  • difficulté respiratoire et toux cardiaque
  • difficulté à l’effort et fatigue
  • modification de l’appétit
  • sensation de palpitations
  • trouble de la concentration
  • etc

❓ Il est fréquent de présenter de la fatigue (le coeur est fatigué).

En pratique, comment détecter une insuffisance cardiaque ?

On a vu les signes et les symptômes de l’IC. Maintenant, quels sont les éléments auxquels vous pouvez faire attention dans la vie de tous les jours. Ceci est aussi bien valable pour vous que pour les gens qui vous entourent. 

En pratique, si une personne présente un léger symptôme (p.ex. un peu de fatigue), il faudra être vigilant. Aussitôt que celui-ci s’aggrave ou que d’autres symptômes s’ajoutent, il sera important d’agir. 

Dans ces conditions, il sera important de consulter rapidement. Et si la situation est urgente, n’hésitez surtout pas à appeler les secours au 112 (numéro d’urgence).

Quelles sont les principales causes ?

Les causes d’IC sont souvent des maladies du cœur et tout autre problème cardiaque. Par exemple :

  • une cardiomyopathie
  • un problème au niveau des artères corronaires
  • une problématique des valves cardiaques
  • une histoire d’infarctus
  • malformation du coeur
  • troubles du rythme (battements)
  • hypertension artérielle
  • etc

Quelle est la différence entre insuffisance cardiaque aiguë (ICA) et l’insuffisance cardiaque chronique (ICC) ?

L’ICA est un problème de cœur qui se présente de manière soudaine, rapide et sévère. C’est une urgence médicale.

L’ICC est une problématique cardiaque qui est présente depuis un moment et n’est pas une urgence médicale. 

❓Il est possible que le cœur d’un patient insuffisant cardiaque chronique décompense (p.ex. si trop grande fatigue ou trop grand stress). En cas de décompensation cardiaque, il se peut que le patient présente une ICA. 

Qu’est-ce que l’insuffisance cardiaque congestive (ICG) ?

Il arrive que l’ICC soit associé à d’autres problématiques cardiaques. Lorsque c’est le cas, il est possible que le cœur grossise. Un grossissement du coeur entraîne une diminution de sa fonction. On pourra ainsi dire qu’il sera encore moins efficace. 

Cela engendre une modification des pressions au niveau du circuit sanguin et une accumulation de liquide au niveau tissulaire. On parle de conséquence de la surcharge cardiaque.

Au plus ces éléments augmentent dans le temps, au plus l’ICC s’aggrave et on parle d’ICCg. Ce qui augmente la défaillance cardiaque.

❓Il n’est pas rare qu’un patient ICG présente des oedèmes (= gonflement) au niveau du bas des 2 jambes et des 2 pieds. A cela s’ajoute une augmentation de l’essouflement au repos et à l’effort.

Comment diagnostiquer une insuffisance cardiaque ?

La présence d’une IC nécessite une évaluation chez votre médecin. Il fera le point sur votre historique médical (antécédents, …) et évaluera vos signes et symptrômes. 

Pour appuyer son diagnostic, il est possible que le médecin demande des examens supplémentaires :

  • Test sanguin
  • électrocardiograme (ECG)
  • échocardiograme

Eventuellement aussi un test d’effort (pour la respiration) et une radio des poumons.

Quels sont les risques d’une insufissance cardiaque ?

Comme nous l’avons vu, l’IC engendre une réduction de la fonction du coeur. Cela signifie que l’éjection du sang, dans tout votre organisme, n’est plus optimale.

Dans le cas ou cette IC n’est pas traitée, les complications peuvent devenir graves car le corps a besoin d’une pompe qui propulse correctement le sang et amène l’oxygène à tous les muscles et organes. 

Une IC qui n’est pas traitée peut entraîner des difficultés pour respirer, un coeur qui n’arrive plus à battre de manière régulière. Dans les cas les plus sévères, le patient pourrait présenter un arrêt cardiaque vu la déffaillance du cœur. 

Quel est le but du traitement de l’insuffisance cardiaque ?

But du traitement de l’IC est de 

  • réduire les signes et symptômes
  • prévenir une autre problématique cardiaque
  • agir sur le style de vie

Cela nous amène sur le point suivant : Que pouvons-nous faire lorsque nous avons une IC ?

Que faire en cas d’insufissance cardiaque ?

Comme nous l’avons vu, si l’IC est aiguë, il est important d’appeler les urgences (112) afin d’être rapidement pris en charge par une équipe médicale. 

Maintenant, nous allons voir ce que vous pouvez faire si…

  • vous sortez d’une hospitalisation suite à un problème cardiaque 
  • vous présentez une IC qui est chronique

En effet, il y a 3 éléments qui sont très important : 

  1. Prévenir et Traiter
  2. Réadapter
  3. Bouger

Rôle de la prévention cardiovasculaire et du traitement

Tout d’abord, il est essentiel de suivre votre prescription médicale. Veillez à toujours bien respecter le dosage de vos médicaments et à les prendre au bon moment.

Ensuite, il est important d’adopter un style de vie qui est favorable pour notre corps. Le but de la prévention est de réduire le risque de développer de nouveaux problèmes cardiaques. 

Retrouvez de nombreuses informations sur la prévention cardiovasculaire

Rôle de la réadaptation cardiaque

Un programme de réadaptation permet de récupérer la forme physique (et mentale) après une problématique cardiovasculaire. Elle aborde de nombreux points : activité physique, alimentation, gestion du stress, etc. 

Il y a 3 phases. La réadaptation cardiaque de phase 1 se fait à l’hôpital. La phase 2 peut se faire dans un centre de réadaptation ou de manière ambulatoire. Et la phase 3 se fait de manière ambulatoire. 

❓Sauf erreur de notre part, la réadaptation de phase 1 et de phase 2 sont remboursées par les assurances maladies. Concernant la phase 3, elle peut faire l’objet d’une prise en charge par l’assurance complémentaire (discutez-en avec votre médecin et votre assureur !). 

L’importance de bouger et être actif

L’élément le plus important, dans le temps, est de continuer à être actif. En effet, même si votre muscle cardiaque n’est plus aussi performant qu’avant (p.ex. en cas d’ICC), il aura toujours besoin d’être stimulé. De plus, votre corps se doit de rester en bonne santé. 

C’est pourquoi il est primordial de réaliser une activité physique régulière (et adaptée à votre niveau).

Quels sports peut-on faire avec une insuffisance cardiaque ?

Tout d’abord, nous allons nuancer les choses. En première intention, le sport n’est pas spécialement recommandé. Cependant, il est bon de pratiquer une activité physique. 

Le but de l’activité physique est de mettre le corps en mouvement, de manière progressive et adaptée à vos capacités physiques. Ce qui est favorable pour vos muscles, votre respiration, votre stress, votre bien-être, votre poids, etc. 

Parmis les activités physiques qui sont recommandées : 

  • la marche 
  • le nordic walking (marche avec des bâtons)
  • séances de renforcement musculaire
  • séances de cardio (légère)

❓Si vous souhaitez en savoir plus, je vous laisse découvrir cet article qui traite de l’activité physique comme moyen de prévention.


Source : 

https://fedecardio.org/je-m-informe/l-insuffisance-cardiaque/
https://www.vidal.fr/maladies/coeur-circulation-veines/insuffisance-cardiaque-chronique.htmlhttps://www.chuv.ch/fr/chuv-home/patients-et-familles/specialites-medicales/atlas-medical-thematique/coeur-et-vaisseaux/insuffisance-cardiaque-congestive

Découvrir ses passions et faire ce que l’on aime pour notre bien être

Votre corps a besoin de se détendre. Et il a également besoin d’être stimulé avec des moments qui vous font du bien. Cela signifie de faire ce que l’on aime !

Peut-être que vous n’avez pas de passion ? Cet article va vous aider à trouver des solutions qui peuvent être directement mises en action ! 😊

Les avantages sont nombreux et ces activités de loisirs ou hobbies sont très importantes pour la prévention de maladies cardiovasculaires.

Quelles sont les bénéfices de faire ce qu’on aime (loisirs et hobby) ?

Les activités de loisirs ont de nombreux avantages sur votre corps et sur votre esprit. Elles peuvent améliorer votre état cognitif, augmenter votre capacité physique et votre santé mentale. 

Cela revient à dire que les activités réalisées avec plaisir sont des bonnes solutions pour ralentir le vieillissement naturel et prévenir des problèmes de santé.

Les différents avantages de pratiquer une activité pour le plaisir : 

  • Boost votre mémoire
  • Stimule le cerveau
  • Diminue votre état de fatigue 
  • Donne le sourire
  • Motive pour le reste de la journée
  • Procure un bien être instantané
  • Stimule vos muscle et mobilise nos articulations
  • Diminue la sédentarité
  • Améliore la qualité du sommeil 

Au niveau de la santé, il y a également une série d’avantages spécifiques de faire ce qu’on aime : 

  • Gestion du stress
  • Diminution du risque de développer une dépression
  • Prévention contre les maladies cardiovasculaires (Infarctus, AVC, …)
  • Prévention contre les maladies neurologiques (Alzheimer,…)
  • Prévention d’autres problèmes de santé
  • Etc
faire ce qu'on aime

Comment trouver ce que l’on aime faire et ce qui nous fait du bien ?

Que faire si vous n’ayez aucune idée des activités loisirs qui peuvent vous procurer un bien être immédiat ? Que faire si vous n’avez aucune passion particulière ?

Je vous propose de vous poser 4 questions… 

1. Quelles sont les activités qui vous donnent le sourire ? 

Il peut s’agir d’un programme spécifique à la télévision, lorsque vous buvez un café avec des amis, … L’idée est de faire le point sur tous les moments où un sourire se dessine sur votre visage. Si vous arrivez à en trouver 5, c’est parfait ! Si pas, pas de problème. Vous pouvez toujours en ajouter par la suite.

2. Pourquoi est-ce qu’elles vous procurent un plaisir ?

Le sourire est un excellent signe car cela signifie que cette activité est agréable à faire. Le corps est détendu et l’esprit positif. Maintenant, essayez de mettre le doigt sur les éléments qui vous déclenchent ce sourire. P.ex. une blague, lorsque vos amis vous racontent les ragots du village, etc.

3. Avec qui pourriez-vous reproduire ces activités ?

Maintenant que vous savez ce qui vous procure du bien être et ce qui déclenche ce plaisir, vous pouvez faire le point sur les personnes (ou les autres activités) qui pourraient faire en sorte que ce bien être soit plus fréquent. 

4. Programmer 5 moments dans la semaine pour ces activités.

Et voilà, vous arrivez à l’étape finale. Il est temps de passer à l’action et organiser, 5 moments sur votre semaine où vous savez que vous aurez du plaisir. Le point positif est que vous avez des objectifs pour votre semaine. Cela est très motivant ! Et en plus, vous mettez toutes les chances de côté pour passer des moments qui vous font du bien. 

Quelles sont les activités de loisirs qui peuvent être réalisées pour vous faire du bien ?

Il existe de nombreuses possibilités. Le plus important est de choisir des activités qui vous conviennent (en termes d’intensité, de durée, de lieu, etc). Bien entendu, si vous n’avez aucune idée des options que vous avez à votre disposition, je vous propose de regarder dans la liste ci-dessous. Il ne vous restera plus qu’à vous lancer. 

faire ce qu'on aime

Les activités qui stimulent le cerveau

On peut reprendre toutes les activités qui font travailler votre substance grise. Certaines peuvent être réalisées en groupe, d’autres en solo. Par exemple : 

  • Lire un livre
  • Écrire des anecdotes
  • Visiter un musée
  • Apprécier une séance de théâtre
  • Jouer au sudoku
  • Etc
faire ce qu'on aime

Les activités qui stimulent le corps

On peut citer toutes les choses qui font bouger votre corps. Des activités qui stimulent vos fonctions motrices et fonctions cardiaques. En plus de procurer d’être agréable à réaliser, elles vous permettront de réduire le risque de développer un problème cardiovasculaire. 

  • La marche et le nordic walking
  • Faire du vélo
  • Jouer une partie de ping pong
  • Une séance de natation
  • Danser avec des amis
  • Etc

Les activités détentes du corps et de l’esprit

Il existe également une série d’activités qui vous permettront de vous relaxer. Cela est d’autant plus bénéfique que vous pouvez agir sur votre respiration, stress et anxiété.

  • écouter de la musique
  • suivre une séance de méditation
  • écouter les bruits de la nature 

Vous l’aurez compris, il n’existe pas UNE réponse unique. Cela va dépendre de votre personnalité, de vos envies et du moment. C’est pour cela qu’il est important de refaire régulièrement le point afin de s’assurer de garder une bonne balance du bien être corps et esprit. En plus, cela vous permet de toujours prendre soin de votre cœur. 

Bravo !

L’activité physique régulière et Manger Bouger pour la santé !

Bouger Now vous encourage à pratiquer une activité physique régulière pour la santé de votre corps et de votre cœur 💙

Dans cet article, vous découvrirez les avantages de l’activité physique, comment la réaliser et sous quelles conditions (intensité). Autant dire que vous aurez toutes les informations nécessaires pour vous lancer en tout sécurité.

❓ Vous maximiserez vos progrès et votre bonne santé si vous combinez mouvement et bonne alimentation

C’est quoi une activité physique régulière (Définitions)

L’activité physique régulière permet d’être actif et de réduire le temps passé à ne pas bouger (= être sédentaire). Cela revient à adopter un mode de vie sain qui est favorable pour votre corps et pour votre cœur.

L’activité physique est différente du sport. En effet, bouger pour sa santé signifie être actif grâce aux déplacements, aux activités et loisirs que vous réalisez. Il en est de même pour les tâches ménagères et le travail dans le jardin. Le mot d’ordre n’est pas de réaliser une performance (comme pour le sport) mais de conserver un niveau d’activité.

En résumé, bouger signifie augmenter son niveau d’activité physique.

Pourquoi bouger et pratiquer une activité physique régulière ?

Les raisons sont nombreuses. Tout d’abord, cela aura un impact favorable sur votre corps et votre esprit. De plus, cela participe à la bonne santé de votre muscle cardiaque. Sans oublier la prévention de nombreuses maladies et problèmes de cœur (prévention cardiovasculaire).

Bouger pour garder un corps en pleine forme

Le mouvement permet de conserver et d’augmenter sa capacité physique (force, endurance, souplesse, etc). Une bonne capacité physique vous permet de réaliser aisément vos tâches quotidiennes sans fatigue. La condition physique est entretenue par la pratique d’une activité physique d’intensité adaptée et réalisée régulièrement. 

Bouger pour avoir le moral et se sentir au top

Le mouvement a un impact positif non négligeable sur notre état psychologique. En effet, pratiquer une activité physique régulière permet de stimuler la libération de différentes hormones de plaisir. Rien de tel pour nous aider à nous sentir bien. 

Bouger améliore le sommeil, prévient de nombreuses maladies et problèmes de santé, etc.

Différents types d’activité physique : Les solutions pour bouger

Il existe 4 grands types d’activité physique. Elles participent au maintien de votre condition physique et elles sont complémentaires pour la santé de votre cœur et de votre corps.

L’activité d’endurance musculaire

On parle d’endurance lorsqu’on bouge durant une longue durée. Il s’agit d’une activité comme la marche, le vélo de tourisme, le nordic walking, etc. Le travail d’endurance musculaire est favorable pour garder nos muscles en forme et endurants (= que les muscles puissent fournir un effort durant une certaine durée sans être fatigué).

Activité physique régulière renforcement

L’activité de renforcement musculaire

On parle de renforcement musculaire lorsqu’on réalise un effort qui stimule notre force musculaire et notre puissance. Il s’agit d’activités qui demandent moins de temps mais dont l’intensité d’effort est élevée (p.ex. réaliser des exercices de musculation à la maison ou à la salle de fitnes). Le renforcement musculaire est favorable pour garder notre corps solide et fort.

L’activité de stretching et d’assouplissement

On parle de stretching ou d’assouplissement lorsqu’on réalise une activité qui vise à étirer nos muscles. On retrouve cela lorsqu’on pratique le pilates, le yoga et d’autres activités très globales qui consistent à adopter des postures d’étirements. Le stretching est favorable pour garder un corps mobile (= mouvements fluides) et aide à réduire les tensions musculaires. 

Activité physique régulière assouplissement

L’activité d’équilibre et de proprioception

On parle d’équilibre et de proprioception lorsqu’on travaille notre stabilité et la gestion de notre corps dans l’espace qui nous entoure. Le travail d’équilibre est très important car cela stimule nos réflexes et nous aide à prévenir de nombreuses problématiques musculo-squelettiques (P.ex. les entorses). La travail de proprioception et d’équilibre est également très important pour la prévention des chutes.

Intensité et mesure de l’activité physique

Une activité physique régulière peut être réalisée à différents niveaux d’intensité. Pour votre santé, on recommande de viser les activités d’intensité modérée (durée normale) à intense (durée courte). 

Pour définir l’intensité d’effort, on se base sur l’échelle de perception d’effort. Il s’agit d’une échelle de 0 à 10. Le score 0 signifie qu’on ne ressent aucun effort (p.ex. lorsque vous êtes couché dans le canapé) et le score de 10 signifie un effort très très très intense (p.ex. lorsqu’on tente de déplacer un objet qui est trop lourd pour nous).

L’effort de faible intensité

L’effort de faible intensité peut être réalisé durant des heures. Il ne fatigue (presque) pas le corps et il ne crée pas d’essoufflement. En général, les tâches que nous réalisons au quotidien (marcher d’une pièce à l’autre, faire la vaisselle, etc) se retrouvent dans cette catégorie. Le score de perception d’effort tourne entre 0 et 3.

L’effort d’intensité modérée

L’effort d’intensité modérée est bénéfique pour le cœur car il stimule notre système cardiovasculaire. Le score de perception d’effort tourne entre 4 et 6. Il est caractérisé par un léger essoufflement, une augmentation du rythme cardiaque et une sensation subjective que “Oui, on fait un effort !”.

L’effort d’intensité élevée

L’effort d’intensité élevée est réalisé sur une courte durée. On la retrouve typiquement lors du travail de renforcement musculaire ou lorsqu’on accélère pour ne pas rater le bus. Elle se caractérise par une augmentation rapide de la fréquence cardiaque, un essoufflement important, un visage qui rougit et le besoin de stopper l’activité après quelques minutes. La sensation est la suivante : “C’est fatigant !”. Le score de perception d’effort tourne entre 7 et 10. 

Comment bouger avec un problème de cœur

Lorsqu’on a un problème de cœur, il est important de pratiquer une activité physique régulière et adapter à votre niveau (condition physique). 

Si la problématique de santé est récente, commencer à bouger de manière progressive sans vous épuiser. Il s’agit de la meilleure solution pour bien progresser et ne pas se blesser. 

Le plus important est d’éviter un maximum la sédentarité (= ne pas bouger) et privilégier les activités qui nous font bouger avec le sourire.

Activité physique régulière et prévention cardiovasculaire

Le mouvement est un excellent moyen de prévention cardiovasculaire. Cela signifie que par le simple fait de bouger, vous avez “le pouvoir” de réduire le risque de développer un infarctus, un arrêt cardiaque, etc.

Et dans le cas de figure où vous auriez déjà eu un problème… Cela va vous permettre de vous remettre sur pied et de mettre toutes les chances de votre côté pour éviter une récidive.

Et cela est rendu possible car l’activité physique améliore la fonction de votre cœur. Le mouvement influence positivement : 

  • votre pompe cardiaque
  • votre circulation sanguine 
  • votre tension artérielle
  • votre fréquence cardiaque
  • votre réseau électrique (stimulation du cœur)
  • Etc

En résumé, l’activité physique régulière favorise une bonne santé cardiaque !

Activité physique régulière équilibre

Quelles sont les recommandations ?

Si on se base sur les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il est important de bouger 150 min / semaine (intensité modérée) OU 75 min / semaine (intensité intense). Cela peut être appliqué, par exemple, avec 5 séances de 30 min sur une semaine.

Que faire si cela vous semble trop ?

Si vous venez de sortir de l’hôpital et que vous avez besoin de vous remettre en route ou si vous n’avez simplement pas le temps, l’envie ou la forme physique. Cela n’est pas un problème !

Il vous suffit de débuter avec les recommandations de Bouger Now : Bouger un petit peu ET souvent.

Par exemple, vous pouvez réaliser des petites séances (15min) de manière quotidienne. Le plus important est de chercher (et réussir) à rester actif et ce, de manière régulière.

Que faire comme activité physique ?

Bouger Now vous recommande de combiner activité d’endurance (cardio) et travail renforcement musculaire. 👍

Voici quelques exemples de semaine “types” :

  • Exemple 1 : 2 marches de nordique 30 min + 4 séances de renforcement de 15 min
  • Exemple 2 : 3 marches de marche 30-45 min + 3 séances de renforcement de 20 min
  • Exemple 3 : 2 sorties à vélo de 60 min + 4 séances de renforcement de 10 min
  • Etc

Le plus important est d’apporter un minimum de mouvement à notre corps, et ce, le plus régulièrement possible !

💬 à noter que pour profiter des avantages d’une séance d’endurance, celle-ci devrait, au minimum, durer 10min (d’après l’OMS et Bouger Now valide ce point 😋)

Boîtes à outils : les exercices pour le cœur


SOURCE : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/physical-activity